Demandes FO

L’objectif de notre intervention n’est pas de critiquer l’organisation existante mais d’orienter le débat sur des axes qui nous apparaissent fondamentaux, notamment à la lumière de la gravité de ce que nous avons tous vécu.
C’est Léonard de Vinci qui nous a transmis que chaque obstacle doit renforcer notre détermination et à ce titre, notre action collective se doit d’être exemplaire.
Sachez que le syndicat FO est déterminé sur le sujet. Je m’exprime en son nom.

– 1 = L’attentat du 14 juillet, Charlie Hebdo et le massacre du Bataclan me pousse à penser que le schéma d’organisation du CHS-CT n’est plus adapté aux objectifs qui sont les nôtres.
Depuis des années, nous débattons de l’organisation de la prévention des risques professionnels sans jamais aborder les autres dossiers importants que sont la sureté, le contrôle d’accès et surtout les barrières nécessaires à protéger nos collègues des évolutions sociétales et comportementales.
Nous proposons que tous les sujets relatifs à la sécurité puissent être débattus dans cette enceinte.
Nous demandons que ce CHS-CT ne soit plus une chambre d’enregistrement (à posteriori) des décisions prises ailleurs.

– 2 = Nous constatons que la gestion de la sécurité est morcelée, dispersée entre différents acteurs de nos collectivités.
Aujourd’hui, bien malin qui peut dire qui est en charge de ce dossier.
Nous proposons que ce sujet majeur soit porté par une direction dédiée, en charge de la sécurité mais aussi de la sureté de nos personnels et de nos sites.
En effet, si la gestion du risque protège les agents elle permet surtout d’assurer la continuité de notre action au service du citoyen.
Comme toute entreprise importante, mettons en place des plans de continuité de nos activités. Nos 500 000 concitoyens et nos 12 000 agents le valent bien.
Nous demandons que cette Direction soit créée lors du prochain CT.

3 = Monsieur le Président, Monsieur le maire vous nous avez indiqué le 27 juillet qu’un cabinet d’Audit Sécurité avait été mandaté pour nous aider à évaluer notre niveau de performance en la matière.
Nous ne pouvons que souscrire à votre action.
Nous regrettons que ce document n’ai pas pu nous être communiqué et vous conviendrez que la transmission tardive de 4 feuillets sensés analyser le niveau de sécurité de 120 sites puisse nous laisser dubitatifs.
Nous proposons qu’une délégation du CHS-CT soit partie prenante du groupe de travail dont nous avons appris l’existence lors du dernier conseil municipal.

4 = Ce CHS-CT extraordinaire, bien qu’organisé 3 mois après les faits, nous laisse, comme les feuillets émanant du cabinet d’audit, perplexes quand à l’absence d’information factuelle qui nous est transmise.
Parmi nos collègues, combien de blessés directs ou indirects, quel impact cette abominable agression a-t-elle sur l’absentéisme, quel impact a-t-elle sur le fonctionnement des services, combien de demandes de mutations avez-vous enregistré?
Nous demandons que désormais les pièces nous soient communiquées quelques jours à l’avance pour que nous puissions y travailler.
Nous pensons qu’il est temps de poser les bases d’un dialogue.
Le dialogue implique un échange et donc une écoute des attentes de chaque partie.
Le rôle du CHS n’est pas d’écouter mais bien de contribuer à la protection de la santé physique et mentale et à la sécurité des agents.
Nous demandons que la règlementation relative au CHS-CT soit respectée.

Nous vivons une période très anxiogène, l’actualité nous le rappelle en permanence.
Monsieur le Président, vous aviez dénoncé en son temps la 5ème colonne et les biens pensants ont raillé l’expression qui malheureusement prend toute sa dimension aujourd’hui.
A la gestion des risques habituels (ceux du temps de paix) nous devons ajouter le risque terroriste, aveugle et par définition imprévisible.
Devons-nous nous considérer en guerre ?
Nous rappelons que nous sommes les premiers acteurs de notre propre sécurité, et que le risque zéro n’existe pas.
Pour autant, nous vous demandons de prendre en compte nos demandes car les actions de prévention et de protection qui seront mise en œuvre ne pourront avoir de sens que dès lors qu’elles seront partagées par tous.
Nous vous remercions.