Du nouveau pour les Agents de Maîtrise – Janvier 2017

Circulaire-Agents-de-maitrise-1er-janvier-2017

DU NOUVEAU POUR LES AGENTS DE MAÎTRISE  AU 1ER JANVIER 2017

AGENT DE MAÎTRISE PRINCIPAL (ÉCHELONNEMENT indiciaire spécifique)
Échelons 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
IB 374 389 416 441 462 488 501 521 551 583
IM 345 356 370 388 405 422 432 447 468 493
Durée 1 an 1 an 2 ans 2 ans 2 ans 2 ans 3 ans 3 ans 4 ans

 

Pour pouvoir bénéficier de l’avancement au grade d’agent de
maîtrise principal, il faut avoir atteint le 4ème échelon du grade d’agent de maîtrise depuis 1 an et il faut 4 ans d’ancienneté dans le grade d’agent de maîtrise.
AGENT DE MAÎTRISE (ÉCHELONNEMENT indiciaire spécifique)
Échelons 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13
IB 353 358 363 374 388 404 431 445 460 476 499 519 549
IM 329 333 337 345 355 365 381 391 403 414 430 446 467
Durée 2 ans 2 ans 2 ans 2 ans 2 ans 2 ans 2 ans 2 ans 2 ans 3 ans 3 ans 3 ans


Accès par concours (externe, interne, 3ème voie)

Accès par promotion interne :

  • Au choix : elle concerne les adjoints techniques principaux de 1ère et 2ème classe ainsi que les adjoints techniques principaux des établissements d’enseignement de 1ère et 2ème classe qui justifient de 9 ans de services effectifs dans la filière technique.
  • Avec un examen professionnel : celui-ci est ouvert à tous les adjoints techniques ainsi qu’à ceux des établissements d’enseignement qui justifient de 7 ans d’ancienneté.
Reclassement dans le nouveau cadre d’emplois selon votre situation au 1er janvier 2017
– En ce qui concerne les agents de maîtrise actuels –
Ancienne situation dans le grade d’agent de maîtrise Situation au 1er janvier 2017 dans le grade d’agent de maîtrise Reprise de l’ancienneté dans la limite de la durée de l’échelon d’accueil
12ème échelon 10ème échelon Ancienneté acquise
11ème échelon 9ème échelon ½ de l’ancienneté acquise
10ème échelon 8ème échelon ½ de l’ancienneté acquise
9ème échelon 7ème échelon 2/3 de l’ancienneté acquise
8ème échelon 6ème échelon 2/3 de l’ancienneté acquise
7ème échelon 5ème échelon Ancienneté acquise
6ème échelon 4ème échelon Ancienneté acquise
5ème échelon 4ème échelon Sans ancienneté
4ème échelon 3ème échelon Ancienneté acquise
3ème échelon 3ème échelon Sans ancienneté
2ème échelon 2ème échelon Ancienneté acquise, majorée d’1 an
1er échelon 2ème échelon Ancienneté acquise


– En ce qui concerne les
agents de maîtrise principaux actuels –

Le reclassement se fait à l’échelon identique dans la nouvelle grille et conservation de l’ancienneté lors du reclassement.

Classement des agents de maîtrise promus agents de maîtrise principal

Situation dans le grade d’agent de maîtrise Situation dans le grade d’agent de maîtrise principal Reprise de l’ancienneté dans la limite de la durée de l’échelon l
13ème échelon(1) 9ème échelon Ancienneté acquise
12ème échelon 8ème échelon Ancienneté acquise
11ème échelon 7ème échelon Ancienneté acquise
10ème échelon 6ème échelon 2/3 de l’ancienneté acquise
9ème échelon 5ème échelon Ancienneté acquise
8ème échelon 5ème échelon Sans ancienneté
7ème échelon 4ème échelon Ancienneté acquise
6ème échelon 4ème échelon Ancienneté acquise
5ème échelon 2ème échelon ½ de l’ancienneté acquise
4ème échelon : à partir d’un an 1er échelon Ancienneté acquise au-delà d’un an
La nouvelle grille indiciaire 2017-2020
GRADES

 

 

Agent de maîtrise principal

INDICES MAJORES
à compter du 01/012017 à compter du 01/01/2018 à compter du 01/012019 à compter du 01/01/2020
Indices majorés

 

Traitement Brut

 

Indices majorés

 

Traitement Brut

 

Indices majorés

 

Traitement Brut

 

Indices majorés

 

Traitement Brut

 

10ème échelon 493        2 310,20 € 495        2 319,57 € 495        2 319,57 € 503       2 357,06 €
9ème échelon 468        2 193,05 € 468        2 193,05 € 469        2 197,73 € 477        2 235,22 €
8ème échelon 447        2 094,64 € 451        2 113,39 € 451        2 113,39 € 451        2 113,39 €
7ème échelon 432        2 024,35 € 432        2 024,35 € 432        2 024,35 € 435        2 038,41 €
6ème échelon 422        1 977,49 € 422        1 977,49 € 422        1 977,49 € 425        1 991,55 €
5ème échelon 405        1 897,83 € 405        1 897,83 € 405        1 897,83 € 409        1 916,57 €
4ème échelon 388        1 818,17 € 392        1 836,91 € 392        1 836,91 € 392        1 836,91 €
3ème échelon 370        1 733,82 € 373        1 747,88 € 373        1 747,88 € 373        1 747,88 €
2ème échelon 356        1 668,22 € 359        1 682,27 € 359        1 682,27 € 360        1 686,96 €
1er échelon 345        1 616,67 € 351        1 644,79 € 351        1 644,79 € 352        1 649,47 €
 

Agent de maîtrise

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

13ème échelon 467        2 188,36 € 467        2 188,36 € 468        2 193,05 € 471        2 207,11 €
12ème échelon 446        2 089,96 € 450        2 108,70 € 450        2 108,70 € 450        2 108,70 €
11ème échelon 430        2 014,98 € 430        2 014,98 € 430        2 014,98 € 430        2 014,98 €
10ème échelon 414        1 940,00 € 416        1 949,38 € 416        1 949,38 € 416        1 949,38 €
9ème échelon 403        1 888,46 € 403        1 888,46 € 404        1 893,14 € 407        1 907,20 €
8ème échelon 391        1 832,23 € 393        1 841,60 € 394        1 846,28 € 394        1 846,28 €
7ème échelon 381        1 785,37 € 381        1 785,37 € 385        1 804,11 € 385        1 804,11 €
6ème échelon 365        1 710,39 € 368        1 724,45 € 369        1 729,13 € 369        1 729,13 €
5ème échelon 355        1 663,53 € 358        1 677,59 € 358        1 677,59 € 358        1 677,59 €
4ème échelon 345        1 616,67 € 350        1 640,10 € 350        1 640,10 € 350        1 640,10 €
3ème échelon 337        1 579,18 € 337        1 579,18 € 337        1 579,18 € 339        1 588,55 €
2ème échelon 333        1 560,44 € 334        1 565,12 € 334        1 565,12 € 337        1 579,18 €
1er échelon 329        1 541,69 € 331        1 551,07 € 331        1 551,07 € 335        1 569,81 €


Décret n° 2016-1382
modifiant le décret n° 88-547 portant statut particulier du cadre d’emplois des agents de maîtrise territoriaux.

Décret n° 2016-1383 modifiant le décret n° 88-548 portant échelonnement indiciaire applicable aux agents de maîtrise territoriaux.

 

POUR FORCE OUVRIÈRE LA REVALORISATION DU CADRE D’EMPLOIS DES AGENTS DE MAÎTRISE  N’EST PAS SATISFAISANTE

Le 6 juillet 2016, le Conseil Supérieur de la Fonction Publique Territoriale (CSFPT) a examiné les projets de décrets relatifs aux agents de maîtrise territoriaux.

Ces projets faisaient suite à 2 groupes de travail au cours desquels Force Ouvrière a réaffirmé la nécessité de classer les agents de maîtrise dans la catégorie B, compte tenu du niveau de responsabilité qui est le leur et de la complexité de plus en plus importante des missions qui leur sont confiées.

Malgré tout, la Direction Générale des Collectivités Locales est restée sur ses positions en maintenant les agents de maîtrise dans la catégorie C.

Un certain nombre de modifications ont néanmoins été apportées au cadre d’emplois :

Le 1er grade du cadre d’emplois sera revalorisé sur 4 ans, du 1er janvier 2017 au 1er janvier 2020. L’indice net majoré d’entrée dans le grade sera porté progressivement de 329 à 335 et celui de fin de grade de 467 à 471.

Le second grade est quant à lui revalorisé de manière à maintenir l’écart entre le sommet de la dernière échelle de la catégorie C (C3) et l’indice terminal d’agent de maîtrise principal. Il n’y a donc quasiment aucun gain au cours de la carrière.

Les conditions requises pour passer du grade d’Agent de Maîtrise à Agent de Maîtrise Principal sont désormais d’un an d’ancienneté dans le 4ème échelon et de 4 ans de services effectifs. Il fallait précédemment un an d’ancienneté dans le 4ème échelon et 6 ans de services effectifs. Compte tenu de la suppression de l’avancement au minimum, cette « amélioration » risque d’être sans aucun effet réel !

Pour Force Ouvrière, il s’agit là d’une occasion manquée de revaloriser réellement le cadre d’emplois des agents de maîtrise au regard des responsabilités et missions de ce cadre d’emplois.

Pour Force Ouvrière, il est indispensable que tout cadre d’emplois ayant pour mission de l’encadrement, soit classé au moins en catégorie B.

Beaucoup de collègues risquent d’être déçus, d’autant que certains signataires de PPCR, qui leur avaient fait miroiter la catégorie B, découvrent aujourd’hui que cela n’a jamais été écrit dans le protocole !!!

Force Ouvrière ne se contentera pas d’un simple « replâtrage » du cadre d’emplois et poursuit sa revendication d’un reclassement en catégorie B.

 

Évaluations 2016 ça commence bientôt

L’ÉVALUATION

Depuis l’année dernière la note chiffrée est supprimée afin de donner plus de valeur aux critères d’évaluation et à l’appréciation littérale.

L’entretien professionnel porte principalement sur :

1° Les résultats professionnels obtenus par le fonctionnaire eu égard aux objectifs qui lui ont été assignés et aux conditions d’organisation et de fonctionnement du service dont il relève
2° Les objectifs assignés au fonctionnaire pour l’année à venir et les perspectives d’amélioration de ses résultats professionnels, compte tenu, des évolutions prévisibles en matière d’organisation et de fonctionnement du service
3° La manière de servir du fonctionnaire
4° Les acquis de son expérience professionnelle
5° Le cas échéant, ses capacités d’encadrement
6° Les besoins de formation du fonctionnaire eu égard, notamment, aux missions qui lui sont imparties, aux compétences qu’il doit acquérir et à son projet professionnel ainsi que l’accomplissement de ses formations obligatoires
7° Les perspectives d’évolution professionnelle du fonctionnaire en termes de carrière et de mobilité.
Vous devez être invité à formuler, au cours de cet entretien, des observations et des propositions sur l’évolution du poste et le fonctionnement du service.

Les critères permettant de juger votre valeur professionnelle sont appréciés, au terme de l’entretien, et fonction de la nature des tâches confiées et du niveau de responsabilité assumé. Ces critères, fixés après avis du comité technique, portent notamment sur :

1° Les résultats professionnels obtenus par l’agent et la réalisation des objectifs
2° Les compétences professionnelles et techniques
3° Les qualités relationnelles
4° La capacité d’encadrement ou d’expertise ou, le cas échéant, à exercer des fonctions d’un niveau supérieur.

Le compte rendu de l’entretien, établi et signé par votre supérieur hiérarchique direct, comporte une appréciation générale littérale exprimant la valeur professionnelle.

Vous devez être convoqué huit jours au moins avant la date de l’entretien par votre supérieur hiérarchique direct, la convocation est accompagnée de la fiche de poste et d’un exemplaire de la fiche d’entretien professionnel servant de base au compte rendu. Dans un délai maximal de quinze jours, le compte rendu doit vous être notifié, vous pourrez, le cas échéant, le compléter par ses observations sur la conduite de l’entretien ou les différents sujets sur lesquels il a porté, le signer pour attester en avoir pris connaissance et le renvoyer à votre supérieur hiérarchique direct, il sera ensuite visé et versé à votre dossier par l’autorité territoriale.
L’autorité territoriale peut être saisie par le fonctionnaire d’une demande de révision du compte rendu de l’entretien professionnel.
Cette demande est exercée dans un délai de quinze jours francs suivant la notification du compte rendu de l’entretien. L’autorité territoriale notifie sa réponse dans un délai de quinze jours à compter de la date de réception de la demande de révision du compte rendu de l’entretien professionnel.
Les commissions administratives paritaires peuvent, à la demande de l’intéressé et sous réserve qu’il ait au préalable exercé la demande de révision, proposer à l’autorité territoriale la modification du compte rendu de l’entretien professionnel. Dans ce cas, communication doit être faite aux commissions de tous éléments utiles d’information. Les commissions administratives paritaires doivent être saisies dans un délai d’un mois à compter de la date de notification de la réponse formulée par l’autorité territoriale dans le cadre de la demande de révision.
L’autorité territoriale communique au fonctionnaire, qui en accuse réception, le compte rendu définitif de l’entretien professionnel.

 Pérennisation de l’entretien professionnel:
La valeur professionnelle de l’agent n’est plus, juridiquement ou administrativement, réduite à l’appréciation littérale ou la note chiffrée

 Suppression de la notation:
La note chiffrée est supprimée afin de donner plus de valeur aux critères d’évaluation et à l’appréciation littérale

 Les avancements d’échelon:
Il est proposé de faire avancer tous les agents à la durée minimale et de donner la possibilité aux managers de «freiner» cet avancement en proposant la durée maximale. Un rapport devra accompagner cette demande afin de justifier ce « ralentissement ».

 Un système ancré dans les mentalités:
Les habitudes d’avancement d’échelon seront ainsi conservées puisque l’avancement à la durée maximale se fait aujourd’hui lorsque la notation est inférieure à la note pivot, donc après justification d’une baisse ou d’une attribution basse.

 La consolidation de l’importance de l’appréciation de la valeur professionnelle de l’agent;
 L’utilisation des critères comme fondement de la valeur professionnelle de l’agent;
 Un contentieux qui s’élargit puisque le compte rendu de l’entretien (donc les critères) peut faire l’objet d’un recours
 L’obligation d’une vigilance accrue sur la cohérence autour de l’appréciation de la valeur professionnelle et des critères.
 Une obligation de cohérence accrue:
 Un regard plus attentif sur l’évolution entre années;
 Entre les différents éléments de l’entretien.
 La simplification de la grille des critères:
 L’abandon des grilles métiers;
 La réduction du nombre de critères (de 24 à 13);
 La création de 3 critères facultatifs pour les personnels encadrant (13+3 critères),
 Une réécriture simplifiée des critères

Agents de Maîtrise : quelle catégorie ?

Logo FO Terrotoriaux

Depuis maintenant plusieurs semaines, une des organisations signataires de Parcours Professionnels Carrières et Rémunérations (PPCR) l’assure : « Nos collègues agents de maîtrise seront en catégorie B ! »

Une nouvelle fois, les syndicats qui ont soutenu les modifications des grilles et des carrières voulues par le Gouvernement, ont trompé les agents !

En aucun cas, le projet ne prévoyait un passage des agents de maîtrise en catégorie B.

Il prévoyait juste « qu’une attention particulière sera portée aux corps et cadres d’emplois atypiques (P 10)».

Ce type de formulation très floue a été une des raisons pour lesquelles nous ne pouvions pas apposer notre signature sur ce document.

De plus, lors de la première réunion de travail que nous avons eue avec la direction générale des collectivités locales à ce sujet, à aucun moment un reclassement en catégorie B n’a été évoqué par les représentants de cette administration. Aucun projet de grille n’a même été évoqué. Uniquement la nécessité, avérée, de relever significativement le niveau indiciaire du 1er grade de ce cadre d’emploi.

C’est d’ailleurs cette très forte incertitude qui a poussé certains à écrire à la ministre de la fonction publique pour rappeler les soi-disant engagements du non-protocole PPCR.

La réunion qui vient de se tenir hier, 20 juin 2016, a confirmé ces informations. Si le  1er grade est assez significativement relevé en termes indiciaires, le grade d’agent de maîtrise principal a seulement été modifié de manière à maintenir l’écart avec le dernier grade du C « type ».

Encore une fois, PPCR ne tient pas ses « promesses » !!!

FO DEMANDE LINTEGRATION DES AGENTS DE MAITRISE EN CATEGORIE B !

Comme cela s’est fait pour les contrôleurs, et la révision du cadre d’emploi des adjoints techniques pour éviter tout transfert de responsabilité et un blocage de déroulement de carrière des adjoints techniques, comme cela a été le cas pour les adjoints techniques des établissements d’enseignement.

Logo FO Service PublicQR Code FO Service Public

ENFIN une bonne nouvelle

Carrières des fonctionnaires

ce qui va changer

Publié le 19 mai 2016 – Direction de l’information légale et administrative (Premier ministre)

Une partie des primes des fonctionnaires va être transformée en points d’indice. C’est ce que prévoit un décret paru au Journal officiel du 13 mai 2016 en application de l’article 148 de la loi de finances pour 2016.

Cette mesure était prévue par l’accord relatif à l’avenir de la fonction publique signé par le gouvernement et six organisations syndicales en 2015.

Sont concernés, les fonctionnaires d’État, territoriaux et hospitaliers, en position d’activité ou détachés au sein de la fonction publique.

Afin de neutraliser les écarts de cotisations sur le traitement indiciaire et les primes, le dispositif n’entrera en vigueur que lorsque les agents percevront les premières augmentations indiciaires également prévues par l’accord soit :

  • dès 2016 pour les fonctionnaires de catégorie B ;
  • à partir de 2017 pour les fonctionnaires de catégorie C.

L’application aux fonctionnaires de catégorie A s’effectuera en deux temps :

  • sur la période 2016/2017 pour les corps, cadres d’emplois ou emplois relevant des filières paramédicale et sociale ;
  • et sur la période 2017/2018 pour les autres corps, cadres d’emplois ou emplois.

Le montant annuel brut des primes pouvant être converties en points d’indice est plafonné à :

  • 167 € pour les fonctionnaires de catégorie C ;
  • 278 € pour les fonctionnaires de catégorie B ;
  • 167 € puis 389 € l’année suivante pour les fonctionnaires de catégorie A.

Toutes les primes et indemnités sont prises en compte à l’exception des indemnités horaires pour travaux supplémentaires (IHTS – versées en paiement d’heures supplémentaires) et des indemnités d’astreinte. L’indemnité de résidence, le supplément familial de traitement (SFT), les remboursements de frais (tels que les remboursements de frais de transport par exemple) et la nouvelle bonification indiciaire (NBI) ne sont pas non plus pris en compte.

Cette mesure vise à rééquilibrer la part entre traitement indiciaire et primes (très peu prises en compte pour la retraite) dans la rémunération des fonctionnaires.

Dossier FO Territoriaux Rythmes Scolaires : les agents territoriaux, victimes collatérales de la réforme

L’application en 2013 puis en 2014, de la réforme des rythmes scolaires a conduit à une profonde réorganisation du travail des agents territoriaux travaillant dans les écoles. En première ligne, les animateurs et les ATSEM ont du s’adapter à de nouvelles missions, dans des conditions qui n’ont pas été simples. Aujourd’hui, beaucoup se disent fatigués du fait d’un nouveau planning qui ne respecte pas leur rythme. Leurs employeurs devront répondre à des besoins de formation nombreux.

Lire la suite …

Continuer la lecture de Dossier FO Territoriaux Rythmes Scolaires : les agents territoriaux, victimes collatérales de la réforme